Festithéâtrecréole, jamais deux sans trois !

On sentait la fébrilité ce 22 octobre dernier au Conseil des arts de Montréal. En soirée s’est tenu le lancement de la troisième édition du Festithéâtrecréole. Une soirée toute en couleurs, regorgeant de culture autour du thème de la créolité.

De gauche à droite, personnes debout : Witchner Orméus, Amos Coulanges, Nerlande Gaétan, Gabrielle Boucher. Personnes assises: Ralph Civil, Hugo Merveille

Animée d’une main de maîtresse par J’m Kerma, la soirée a débuté par une prestation de la chanteuse Martiniquaise Lya Sherley, qui nous a interprété Ti Chou, son dernier single, disponible depuis quelques jours sur toutes les plateformes de diffusion de musique en flux continu.

Par la suite, nous avons pu en apprendre plus sur la programmation du festival, dont les activités s’étendent du 23 au 31 octobre. Ralph Civil, directeur de la Compagnie et directeur de cette troisième édition du festival, a rendu un émouvant hommage à sa conjointe, Nerlande Gaétan, en la remerciant pour son soutien inconditionnel.

Jean Emmanuel Pierre, porte-parole, a ensuite pris la parole pour exprimer sa satisfaction de faire partie d’une expérience aussi riche dans son public que dans sa programmation « Le festival a pour mérite de satisfaire un large public, allant des grands parents jusqu’aux marmailles de tous âges, grâce à la diversité des spectacles, conférences, ateliers et autres… ».

Amos Coulanges et Jean Emmanuel Pierre
Crédit photo: Hugo Merveille

Le bonheur était partagé par Paule Beaudry, directrice des initiatives territoriales et du service à la clientèle du Conseil des arts de Montréal. Tous deux étaient honorés de pouvoir assister à une telle célébration de la diversité. « Véritable incubateur de créatrices et de créateurs, toutes générations et origines confondues, le festival met brillamment les artistes sous les feux de la rampe. »

Le public a eu droit à un mot surprise de la part d’Amos Coulanges, artiste mis en valeur dans la soirée acoustique Voyage du 30 octobre. Il a mentionné la relation entre les mots “créole” et “création”, en faisant référence à l’essence même des cultures créoles, portées par la créativité et les arts. Nerlande, ancienne directrice du Festithéâtrecréole et candidate à la mairie de Saint-Léonard, s’est faite interroger sur la place du théâtre par rapport à la pandémie. Elle a répondu qu’il faudrait s’adapter à la jeunesse, très active dans le domaine de la technologie, et qu’en ce sens le théâtre devait suivre le chemin tracé par le cinéma et fournir du contenu en ligne afin de continuer à rejoindre le public.

Valérie Nicolas dansant le rara
Crédit photo: Hugo Merveille
Saiswari, une des ségatières
Crédit photo: Hugo Merveille

La soirée n’aurait pas été complète sans une variété de performances artistiques. Les Segatières Veerona et Saiswari ont dansé la sega, danse d’origine africaine très populaire sur l’île Maurice, consistant à faire virevolter ses vêtements tout en se déhanchant et en tournant sur soi-même. Leurs habits et leurs mouvements colorés ont charmé le public.

Valérie Nicolas a dansé sous les rythmes d’un rara, danse qui se déroule dans un défilé traditionnel haïtien qui prend place du mercredi des Cendres jusqu’au dimanche de Pâques. Rythmes effrénés, clappements de mains, le plaisir était au rendez-vous! Dans le même esprit festif, deux membres du groupe Rara Soley ont présenté une de leurs chansons. Formé de six musiciennes et musiciens ainsi que de trois chanteuses, Rara Soley est une porte ouverte sur la culture haïtienne à Montréal depuis 2013.

Pascalyn Paskashy, jeune artiste martiniquaise polyvalente qui danse pour surmonter sa timidité, a livré une performance poignante, toute en force et en agilité. Un moment particulièrement émouvant et inspirant.

L’événement s’est terminé sur des remerciements chaleureux de la rayonnante J’m Kerma. Et voilà! Le festival était lancé! Le Festithéâtrecréole se déroule du 23 au 31 octobre. Plusieurs événements sont accessibles gratuitement en ligne à partir du site internet de la Compagnie.